Suisse

Dernière mise à jour : August 2011

La Suisse n’est pas membre de l’UE, mais elle fait partie de Dublin II. En outre, la Suisse n’a pas abrogé ses frontières. En raison de la petite taille de la Suisse, la quasi-totalité du territoire est considérée comme une région frontalière.

Created by potrace 1.10, written by Peter Selinger 2001-2011

Le trafic ferroviaire passant par (entrée et sortie) Chiasso, Genève, Bâle, Kreuzlingen/Constanz et Buchs/Feldkirch est fréquemment contrôlé, de même que les autoroutes et les routes de desserte. Les gares sont également évitées autant que possible par les personnes sans papiers.

Comme vous le voyez, ne vous attendez pas à être particulièrement bien accueilli si vous venez d’un pays qui ne fait pas partie de l’UE. En effet, avec la nouvelle loi sur les étrangers adoptée par la Suisse en 2008, il existe un modèle dit “à deux cercles” : ceux qui viennent d’un État de l’UE ou de l’AELE bénéficient de nombreux avantages et peuvent se déplacer sans trop de problèmes. Sauf pour les ressortissants de Bulgarie et de Roumanie, pour lesquels une loi transitoire avec quotas est appliquée. Tous les autres sont soumis au régime de la nouvelle loi sur les étrangers, qui est très similaire au système allemand actuel. Les personnes qui souhaitent travailler ici doivent trouver un employeur qui doit ensuite attester qu’il n’a trouvé personne de Suisse ou de l’UE/AELE (“premier cercle”) pour faire le travail. Le regroupement familial est très strictement limité et se marier sans permis de séjour est devenu presque impossible - dans ce cas, vous devez vous adresser à une personne qui a une grande connaissance des lois.

Si vous introduisez une demande d’asile, vous serez soumis à la loi sur l’asile, qui a été continuellement révisée depuis son introduction dans les années 80 et qui s’est détériorée de plus en plus. Vous devez vous rendre dans l’un des centres nationaux de demande et de procédure, qui se trouvent à Bâle, Vallorbe, Altstetten, Chiasso ou Kreuzlingen. Vous y vivrez pendant la première période de votre séjour. Vous y serez soumis à un régime strict et serez interrogé pour la première fois. Ce premier entretien est la plupart du temps d’une grande importance pour les étapes suivantes de votre procédure : Préparez-vous bien ! Au cours de cette première phase, il est possible que l’on vous demande des éclaircissements supplémentaires (tests linguistiques, comparaison d’empreintes digitales, analyse des os, etc.)

Ensuite, vous serez affecté à un canton (nom utilisé ici pour les régions), qui vous placera d’abord dans un centre dit de transit. Pendant les trois premiers mois, ou plus longtemps dans certains cantons, vous ne serez pas autorisé à travailler. Ensuite, vous pourrez le faire uniquement dans le canton qui vous a été attribué. Vous bénéficierez d’une aide sociale réduite et serez assuré pour les frais médicaux. Au bout d’un certain temps, de nombreux cantons vous attribueront une commune ou une ville. La durée de la procédure d’asile peut être très variable. Vos chances dépendent de votre histoire personnelle et des moyens dont vous disposez pour la prouver. A tout moment, vous avez la possibilité de consulter un centre de conseil juridique. Pour les cabinets d’avocats, vous devrez payer vous-même.

En 2004, la Suisse a renforcé les conditions et les droits relatifs aux “décisions de rejet sans suite (DAWES )” pour certains groupes de demandeurs d’asile. Les personnes qui sont passées par un pays membre de Dublin (avec des preuves telles que des empreintes digitales, des tickets de bus, des cartes, des passeports) avant d’arriver en Suisse pour demander l’asile n’arrivent généralement même pas à la fin de la première phase et sont automatiquement renvoyées dans cet autre pays. Attention : chaque pays voisin de la Suisse est membre de Dublin ! Pour l’instant, il n’y a officiellement aucune expulsion vers la Grèce. Inofficiellement, nous savons qu’il y a eu des expulsions singulières dans un passé proche, la plupart du temps lorsque des personnes ont été prises juste à la frontière d’un pays voisin (Italie, Autriche, Allemagne ou France). Pour la procédure à la Cour de justice européenne, voir : http://w2eu.info/en/countries/austria/dublin2)

Les demandeurs d’asile déboutés et les DAWES sont soumis au régime d’aide d’urgence, lorsqu’ils décident d’accepter l’aide de l’État. Ce régime est réglementé par les cantons, mais comprend généralement une aide matérielle plutôt qu’une aide financière : logement et nourriture dans un centre (la plupart du temps souterrain ou très éloigné) et soins de santé de base minimum. Les contrôles de police et les détentions en vue de l’expulsion deviennent une norme écrasante. Vous n’êtes pas autorisé à travailler, sauf pour une somme d’argent presque nulle dans le centre lui-même (travail de ménage) et vous êtes à la merci du personnel du centre et largement exposé à sa bonne volonté.

Les personnes sans permis de séjour peuvent être envoyées en prison pour une période allant jusqu’à 18 mois, en vertu de la loi sur les étrangers (mesure dite coercitive) et jusqu’à 12 mois, en vertu de la loi pénale (séjour illégal). Cette distinction est cruciale si vous voulez vous attaquer aux dispositions légales pertinentes. La Suisse a signé avec un peu moins de 50 pays des accords de migration, - des partenariats, qui l’aident à expulser des personnes contre leur volonté. Elle est également membre de l’agence Frontex et participe parfois à l’organisation de ses vols charters spéciaux d’expulsion.

Ne vous fiez à aucune autorité, qu’elle ait ou non un statut - quel qu’il soit ! Si vous en avez vraiment besoin, vérifiez que vous êtes accompagné par une personne de confiance. Avant de vous lancer dans une procédure, informez-vous sur les autorités ou les questions importantes auprès des centres de conseil, des organisations non gouvernementales ou des personnes locales en qui vous pouvez avoir confiance. Avec un peu d’aide, il est également possible pour les personnes sans papiers en Suisse de contracter une assurance maladie ou une assurance sociale, d’envoyer vos enfants à l’école et plus encore.

Malgré la propagande des médias, les campagnes politiques et les mécanismes d’exploitation économique, il y a beaucoup de personnes en Suisse qui seront très heureuses de vous accueillir et de défendre vos droits. Les offres sont très diverses, mais aussi très segmentées ; les objectifs des différentes organisations varient énormément. Nous vous souhaitons bonne chance et espérons que ce guide web vous aidera à rendre votre séjour aussi agréable que possible.

[Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)]