Suède

Dernière mise à jour : October 2015

La Suède a réussi à se présenter comme un pays humain et juste, tout en poursuivant une politique de migration et d’asile dure et inhumaine.

Created by potrace 1.10, written by Peter Selinger 2001-2011

Un bon exemple de cette hypocrisie est la façon dont les autorités suédoises de l’immigration traitent les réfugiés irakiens. Dès 2006, la Suède a affirmé que l’Irak était un ” pays sûr ” et a signé un accord de rapatriement des demandeurs d’asile avec l’Irak. La Suède a mené le travail pour les expulsions forcées vers l’Afghanistan, en affirmant dès le départ qu’il existe des ” alternatives sûres pour le refuge interne “. La Suède a également montré la voie dans la mise en œuvre de la politique européenne commune d’asile. Au cours de la Présidence suédoise en 2009, le programme de Stockholm a été adopté, qui associe la migration à la ” sécurité extérieure et intérieure “. La Suède a également beaucoup travaillé à la modification des directives sur le travail et des règlements sur les visas afin de faciliter la migration dite circulaire, où les migrants sont exploités comme main-d’œuvre avec un minimum de droits.

La Suède et d’autres pays nordiques ont échappé à de nombreuses responsabilités grâce à la Convention de Dublin. La Suède fait rarement des exceptions à la convention, ce qui fait que de nombreux réfugiés sont finalement renvoyés dans le pays de leur première demande d’asile. La seule exception à cette règle a été pour la Grèce. En été 2010, la Suède a cessé de renvoyer des réfugiés en Grèce en raison des conditions inhumaines qui y règnent dans les centres de détention. Il s’agit cependant de la seule exception. Au printemps 2013, une nouvelle pratique est en place, qui exempte les mineurs non accompagnés de la réglementation de Dublin.

Sur ce site, nous essayons de fournir des informations sur la manière dont la Suède réglemente la migration. Si vous devez demander l’asile en Suède, nous vous recommandons de lire le guide complet ” Good advise “, publié par la FARR, une organisation qui chapeaute les groupes de solidarité pour les migrants en Suède. Il est disponible en plusieurs langues [ici] (http://farr.se/sv/att-soeka-asyl/rad-till-asylsoekande).

Nous vous recommandons aussi fortement de prendre contact avec l’une des organisations non gouvernementales de la région de votre destination figurant dans la rubrique Contacts de ce site, de préférence avant de contacter les autorités.

Citoyens d’autres pays de l’UE

Si vous êtes un citoyen ou si vous avez un permis de séjour permanent dans un autre pays de l’UE, votre demande d’asile sera rejetée par la Suède. Vous pouvez obtenir un permis de séjour par le travail ou par le mariage.

La Suède expulse également les Roms venant de Roumanie et d’autres pays de l’UE. Le nombre de personnes expulsées n’est pas très élevé, mais cela a suscité beaucoup de discussions car ils sont citoyens de l’UE et ont donc officiellement le droit d’être en Suède sans permis de séjour suédois. Beaucoup de discours racistes et de crimes haineux ont été dirigés contre les Roms en Suède ces dernières années, sans presque aucune réponse de la part des autorités chargées de l’enquête.

Le texte suivant a été publié sur farr.se, 2015-09-15:_

Voici les principaux faits concernant la demande d’asile en Suède :

Si vous voulez demander l’asile en Suède, vous devez le faire le plus tôt possible après votre arrivée**. Mais bien sûr, si vous êtes très fatigué et que vous vous sentez confus ou que vous n’avez pas d’informations, ce n’est pas un problème de vous reposer pendant la nuit ou quelques jours pendant que vous essayez de demander des conseils juridiques avant de faire une demande ou de voyager dans un autre pays.

La procédure d’asile en Suède est longue, mais si vous êtes accepté comme réfugié ou si vous avez besoin de protection, vous obtiendrez probablement un permis de séjour permanent.

La plupart des demandeurs d’asile arrivent en Suède **sans passeport. Si vous avez un faux passeport, n’essayez pas de l’utiliser en Suède. Si vous devez le montrer, dites simplement que vous avez dû voyager avec lui pour fuir.

Les demandeurs d’asile de Syrie bénéficient actuellement d’une protection en Suède, mais ils doivent toujours passer par une procédure d’asile régulière. Les Syriens qui ont aussi d’autres citoyennetés, comme les passeports arméniens, ceux qui ont vécu ailleurs pendant un certain temps ou qui ont de la famille proche dans un autre pays peuvent se voir refuser la protection en Suède. Ceux qui n’ont pas de passeport seront invités à montrer par d’autres moyens qu’ils sont originaires de Syrie et ils seront interrogés pour vérifier leur histoire.

Les Érythréens bénéficient également d’une protection générale s’ils peuvent prouver qu’ils sont originaires d’Érythrée. Il y a toujours une évaluation individuelle et la pratique peut changer.

Autres nationalités: La plupart des demandeurs d’asile d’autres nationalités sont rejetés - comme dans les autres pays de l’UE. Le taux d’acceptation varie entre 1 et 70 pour cent pour les différentes nationalités et les évaluations sont individuelles. Vous devez craindre une persécution personnelle comme des menaces de mort, la torture ou d’autres mauvais traitements graves et vous devez être capable de convaincre les autorités suédoises du risque - et aussi du fait que vous ne pourriez pas obtenir de protection dans votre pays d’origine. Par conséquent, il serait bon de présenter toutes les preuves et vérifications que vous pourriez apporter pour prouver votre situation. Il est également important que vous puissiez vous identifier d’une manière ou d’une autre, même si vous n’avez pas de passeport, et que vous racontiez autant de détails de votre histoire au début de la procédure.

Si vous avez été admis dans l’UE par un autre pays de l’UE, vous ne serez pas refoulé immédiatement à la frontière si vous essayez de demander l’asile en Suède. Mais on peut vous ordonner de retourner dans l’autre pays de l’UE après quelques semaines ou quelques mois en Suède, selon le règlement de Dublin. Les personnes qui obtiennent une telle décision sont en général celles qui ont été enregistrées comme demandeurs d’asile OU qui ont été obligées de laisser leurs empreintes digitales à la frontière extérieure de l’UE/Schengen OU qui sont arrivées avec un visa délivré par un autre pays de l’UE. Les empreintes digitales relevées sur le territoire d’un autre pays de l’UE ou aux frontières entre pays de l’UE ne sont normalement pas utilisées à cette fin, si la personne n’est pas en même temps enregistrée comme demandeur d’asile.

Si vous êtes un mineur non accompagné, vous ne serez pas ordonné de quitter la Suède conformément au règlement de Dublin si vous n’avez pas déjà obtenu une décision (positive ou négative) sur votre demande d’asile dans un autre pays de l’UE. Mais il arrive parfois que les autorités ne croient pas à votre âge et vous pourriez alors être traité comme un adulte.

La FARR est un réseau de groupes d’activistes locaux et d’individus. La FARR n’a aucun lien avec les autorités et ne peut pas transmettre les demandes d’asile. Nous n’avons pas la possibilité de faire en sorte que les réfugiés arrivent en Suède depuis l’étranger. Notre mission est de défendre les droits des demandeurs d’asile et des personnes sans papiers en Suède.

Information compilée sur quelques rumeurs et idées fausses courantes:

  • Non, la capacité de la Suède à fournir l’asile aux réfugiés n’est pas près de s’arrêter. Il n’y a pas de niveau fixe.
  • Non, il n’est pas plus facile en général d’obtenir l’asile en Finlande qu’en Suède. L’accueil de l’asile en Finlande est faible par rapport à d’autres pays similaires. Mais il est vrai que les demandeurs d’asile en provenance d’Irak qui ont réussi à se rendre en Finlande au cours de l’année dernière environ ont obtenu une protection plus souvent qu’en Suède. Cependant, il n’y a aucune garantie que cette pratique se poursuive et soit valable pour tous les Irakiens.
  • Non, la police suédoise ne vous arrête pas et ne vous expulse pas juste après que vous ayez demandé l’asile - cependant, elle peut bien sûr vous arrêter si vous êtes ici sans papiers et refuser de demander l’asile.
  • Non, l’Office suédois des migrations ne vous obligera pas à rester dans le sud de la Suède. Cependant, il est probable qu’ils voudront t’envoyer plus au nord, où ils ont des places disponibles.
  • Non, il n’est pas bon pour toi, en tant qu’enfant non accompagné, de te cacher pendant six mois avant de demander l’asile - plus probablement le contraire, car tu vas vieillir, ce qui pourrait rendre plus difficile l’obtention de l’asile. L’idée que se cacher pendant six mois empêchera la Suède de te transférer dans un pays où tu as laissé des empreintes digitales, est tout simplement fausse.
  • Oui, il y a certaines situations où il peut être avantageux d’attendre avant de demander l’asile, mais pour la plupart des gens, ce n’est qu’un inconvénient, car attendre pour demander l’asile peut nuire à votre crédibilité.- Non, toute personne ayant voyagé depuis d’autres pays de l’UE ne sera pas renvoyée. Des dizaines de milliers de personnes sont autorisées à demander l’asile en Suède chaque année, bien que la Suède n’ait pas de frontières extérieures de l’UE au-delà des aéroports.
  • Oui, en tant qu’enfant non accompagné, vous obtenez l’asile en Suède dans la plupart des cas. La grande majorité est autorisée à rester.
  • Non, en tant qu’enfant non accompagné, tu n’es pas mis en prison avant le jour de tes 18 ans. Tu peux séjourner dans un logement spécial pour jeunes ou dans une famille.
  • Oui, certains demandeurs d’asile sont déboutés et peuvent se retrouver sans papiers s’ils refusent de quitter la Suède.
  • Non, vous ne pouvez pas éviter de devenir sans-papiers en ne demandant pas l’asile, puisque vous êtes alors sans-papiers dès le début.
  • Oui, l’Office des migrations fournira de la nourriture ou une petite somme d’argent pour la nourriture et vous fournira un logement si vous en avez besoin, bien que la norme puisse être faible. C’est généralement un domaine dans lequel la Suède est assez bonne, même si le reste de la procédure d’asile laisse beaucoup à désirer.
  • Non, vous ne pouvez pas obtenir l’asile en Suède parce que vous vous mariez ici ou que vous avez un bébé. L’asile ne concerne que le besoin de protection. Si vous avez un membre de votre famille très proche qui réside en Suède, vous avez le droit au regroupement. Mais la demande doit être faite depuis l’étranger, depuis un pays où vous avez le droit de vivre.
  • Oui, la Suède expulse de force les personnes à qui l’on a refusé l’asile, si elles ne partent pas volontairement. La meilleure façon d’éviter cela si vous avez besoin de protection est de connaître le fonctionnement de la procédure d’asile et de montrer vos besoins d’une manière que les autorités suédoises comprennent.

Situation actuelle des demandeurs d’asile et des personnes sans autorisation de séjour

La Suède a réussi à se présenter comme un pays humaniste et juste, tout en poursuivant une politique de migration et d’asile dure et inhumaine. Un bon exemple de cette hypocrisie est la manière dont les réfugiés irakiens sont traités par les autorités suédoises de l’immigration. Dès 2006, la Suède a affirmé que l’Irak était un ” pays sûr ” et a signé un accord de rapatriement des demandeurs d’asile avec l’Irak. La Suède a également montré la voie dans la mise en œuvre de la politique européenne commune d’asile. Le programme de Stockholm a été adopté pendant la Présidence suédoise en 2009. La Suède a également beaucoup travaillé à la modification des directives sur le travail et des règlements sur les visas afin de faciliter la migration circulaire.

La Suède et les autres pays nordiques ont considérablement bénéficié de la Convention de Dublin. La Suède fait rarement des exceptions à la convention, ce qui fait que de nombreux réfugiés adultes et mineurs finissent par être renvoyés dans le pays de leur première demande d’asile. La seule exception à cette règle a été le cas de la Grèce. Au cours de l’été 2010, la Suède a cessé de renvoyer des réfugiés en Grèce en raison des conditions inhumaines qui y règnent dans les centres de détention. Il s’agit cependant de la seule exception.

**Déportations

Le gouvernement suédois a fait de 2009 ” l’année du rapatriement “. Depuis lors, l’expulsion des demandeurs d’asile s’est intensifiée. La police des frontières travaille d’arrache-pied pour arrêter et expulser les demandeurs d’asile qui se sont vu refuser l’asile ou qui se trouvent dans la dernière partie de la procédure d’asile. Le plus grand projet d’expulsion a concerné les réfugiés irakiens. L’année dernière, la police des frontières suédoise a organisé, avec le soutien de Frontex, des expulsions massives mensuelles de réfugiés iraquiens, alternativement à partir de Stockholm et de Göteborg.

Selon un rapport de police sur les expulsions daté du 1er septembre 2010, la Suède est le pays de l’UE responsable de la planification et de la conduite des expulsions. Les autres pays participant à ces déportations sont la Norvège et le Royaume-Uni. Au cours des opérations, 32 personnes de Suède, 12 personnes de Norvège et 12 personnes du Royaume-Uni ont été expulsées.

En automne 2010, la Cour européenne des droits de l’homme a produit une directive contre le retour des demandeurs d’asile irakiens en Irak. Les personnes dont la demande d’asile a été rejetée peuvent demander à la Cour européenne de suspendre leur décision de rapatriement. Cette décision a d’abord été ignorée par l’Office suédois des migrations, mais après un travail acharné du mouvement d’asile (et d’autres démarches auprès de la CEDH), certaines expulsions ont été annulées.

La Suède a également été très active dans le rapatriement d’un grand nombre de Roms. Les Roms originaires de Serbie ont constitué le plus grand groupe de demandeurs d’asile en Suède en 2010. La plupart d’entre eux ont vécu dans des centres de réfugiés temporaires en Suède, comme des campements. Ils ont reçu des décisions d’expulsion rapidement et sans possibilité de recours, même si certains d’entre eux peuvent très bien avoir des motifs d’asile.

La Suède expulse également des Roms venant de Roumanie. Le nombre d’expulsions n’a pas été très important, mais cela a suscité beaucoup de discussions parce qu’ils sont citoyens de l’UE et ont donc le droit de se trouver en Suède sans permis de séjour. C’est un nouveau départ que la police expulse les citoyens de l’UE parce qu’ils sont indésirables.

Mineurs non accompagnés

Les mineurs non accompagnés ont suscité de nombreux débats et beaucoup de Suédois ont commencé à travailler avec eux de manière professionnelle, comme les travailleurs sociaux dans les foyers pour mineurs non accompagnés. La Suède a adopté une approche stricte dans son application de la convention de Dublin aux adultes et aux mineurs. En conséquence, la Suède a renvoyé des mineurs dans des pays tels que la Hongrie, l’Italie, la Bulgarie et Malte. Les mineurs dans ces situations n’ont pas eu droit à une représentation juridique. Parfois, les représentants légaux travaillant bénévolement ont réussi à stopper les rapatriements vers les “premiers pays” en faisant appel à la Cour européenne. Actuellement, les mineurs ne sont pas renvoyés en Grèce.

**Travail

En 2010, les effets de la nouvelle loi sur le travail introduite en 2008 ont fait l’objet d’une certaine attention. Les règles introduites il y a deux ans permettent aux employeurs d’embaucher plus facilement de la main-d’œuvre bon marché provenant de l’extérieur de l’UE, et créent ainsi des conditions de travail proches de l’esclavage pour ceux qui viennent travailler en Suède. Les travailleurs disposant d’un permis de travail temporaire dépendent entièrement de leur employeur et peuvent être expulsés chaque fois qu’ils sont en surnombre par rapport aux exigences de l’employeur.

Relation familiale

En juillet 2010, une nouvelle réglementation concernant les parents qui ont des enfants en Suède est entrée en vigueur. Les personnes qui demandent l’affiliation et qui ont des enfants sont dispensées d’avoir à se rendre dans leur pays d’origine pour demander un permis de séjour. Malgré ce changement de loi, les familles peuvent toujours être séparées pendant la procédure de demande. Les exigences relatives aux passeports ou autres documents d’identité sont très strictes. L’un des groupes les plus touchés par ces exigences est celui des Somaliens. Depuis la guerre civile, il y a environ 20 ans, la Somalie est l’un des pays les plus dangereux au monde et, aujourd’hui, elle connaît des problèmes récurrents d’anarchie et de violence. Il en résulte qu’il est très difficile, voire impossible, pour les parents de se procurer les documents exigés par l’Office suédois des migrations. Cela signifie que des centaines de parents somaliens qui ont reçu des permis de séjour en Suède ne sont pas autorisés à amener leurs enfants. Les enfants somaliens réfugiés se voient alors refuser le permis de séjour pour être réunis avec leurs parents qui ont un permis de séjour en Suède. Les mineurs de tous âges sont rejetés, même s’il existe des preuves ADN de liens familiaux et que les enfants ne seront pas laissés avec un autre parent.
Un groupe Facebook a été mis en place pour attirer l’attention sur ce problème.

**Demandeurs d’asile et de permis de séjour

Selon l’Office suédois des migrations, 29 602 personnes ont demandé l’asile en Suède en 2010.
La plupart d’entre elles venaient de Serbie, de Somalie, d’Afghanistan, d’Erythrée, d’Irak et d’Iran.
Voici une liste des proportions de demandeurs d’asile dont la demande a été acceptée dans chaque pays : L’asile a été accordé à des personnes provenant des pays suivants au total :
Afghanistan 55%, Erythrée 67%, Géorgie 3%, Irak 39%, Iran 21%, Kazakhstan 3%, Kirghizistan 1%, 4%, Kosovo, Libye, 2%, 1% de Macédoine, Mongolie, 1%, Nigeria 8%, Russie 9%, Serbie 1%, Somalie 92%, 39% d’apatrides, Syrie 2%, Ouzbékistan 8%, Belarus 3%.

Campagnes et luttes connexes

En 2010, diverses campagnes ont été lancées ou poursuivies par différents groupes travaillant de différentes manières avec l’asile et la migration. Une vaste campagne pour le droit de séjour de tous les demandeurs d’asile n’a pas été active pendant l’année. Des groupes auto-organisés de demandeurs d’asile iraquiens ont été formés lorsque les expulsions d’Iraquiens se sont intensifiées.

L’organisation syndicale des travailleurs sans papiers

Depuis 2007, le syndicat SAC (syndicaliste), qui est presque le seul syndicat à organiser les travailleurs sans papiers, a poursuivi ce travail en utilisant une méthode appelée ” l’index/registre “. La méthode de l’index est une lutte syndicaliste classique / ancienne qui met les travailleurs en charge de la fixation des salaires. Le principe de base de cette méthode consiste à fixer un salaire minimum acceptable pour un emploi particulier, en dessous duquel personne n’acceptera d’emploi. Si un employeur offre toujours un salaire inférieur, il sera soumis à un blocus. En 2010, le SAC a réussi à mettre en lumière les conditions des travailleurs sans-papiers dans des secteurs tels que l’hôtellerie et la restauration par des grèves, des blocus et un travail de plaidoyer.

Soins de santé pour tous

L’accès aux soins de santé pour les demandeurs d’asile et les sans-papiers est différent dans les différentes parties de la Suède. Selon la loi, les demandeurs d’asile adultes n’ont droit qu’à des soins d’urgence gratuits. Les mineurs et les adultes sans papiers doivent payer pour tous leurs besoins de soins de santé.
Depuis 2008, les ONG, les églises, les syndicats et les associations professionnelles de soins de santé travaillent pour obtenir des soins de santé subventionnés pour tous les demandeurs d’asile et les sans-papiers. Il existe plusieurs cliniques médicales volontaires fournissant des soins médicaux gratuits aux sans-papiers.

Campagne : “Le meilleur de l’enfant d’abord “

” Le meilleur de l’enfant d’abord ” est une campagne lancée à Malmö par des militants du droit d’asile et d’autres personnes en réaction à la brutalité du renvoi de mineurs dans des pays où ils risquent d’être emprisonnés ou de ne pas voir leurs besoins fondamentaux satisfaits.

L’objectif de la campagne est de faire prévaloir la Convention relative aux droits de l’enfant et le principe de l’intérêt supérieur de l’enfant sur la Convention de Dublin. La campagne recueille et diffuse des informations sur les mineurs non accompagnés dans les pays de premier asile, produit des lignes directrices pour ceux qui travaillent avec ces enfants et tente de former l’opinion publique sur les droits des mineurs non accompagnés. La campagne a reçu une attention nationale et a mis en lumière la question dans les médias.

La lutte des travailleurs sociaux pour les mineurs non accompagnés

Les travailleurs sociaux qui travaillent avec les mineurs non accompagnés ont formé un réseau pour soulever la question des mineurs non accompagnés. Le réseau veut également initier des discussions sur les entreprises privées et les autorités locales qui tirent des bénéfices importants de l’hébergement et des activités pour les mineurs non accompagnés. En automne 2009, le réseau de travailleurs sociaux a participé à l’organisation de la campagne “Le meilleur de l’enfant d’abord”.

Campagne : “Ain’t I a Woman” - le droit des femmes sans papiers à la protection

“Ain’t I a Woman” est une campagne féministe antiraciste qui a été lancée le 8 mars par le réseau No one is illegal. Dans la lutte pour le maintien de tous les droits des femmes - sans distinction de race, de nationalité ou de citoyenneté - la situation des femmes sans papiers est souvent oubliée ou rendue invisible à cause des structures racistes et patriarcales. La campagne demande que la loi des pays étrangers soit clarifiée afin que les femmes victimes de violence soient considérées comme des candidates légitimes à l’asile. La campagne demande que la loi sur la violence à l’égard des femmes ait préséance sur le droit étranger, afin que le droit à la protection de toutes les femmes l’emporte sur la menace d’expulsion. Une autre revendication est que les femmes sans papiers qui participent à une procédure judiciaire se voient accorder un permis de séjour temporaire pendant que la procédure est en cours.

Arrêter les déportations vers l’Irak

La Cour européenne des droits de l’homme a constamment critiqué l’expulsion de la Suède vers l’Irak, mais n’a pas encore statué sur la situation sécuritaire en Irak et sur la question de savoir si les réfugiés irakiens doivent être renvoyés. Cette décision ne sera peut-être pas prise avant un an et, dans l’intervalle, les autorités chargées des migrations continueront d’expulser les réfugiés irakiens. Il est possible que les demandeurs d’asile qui sont maintenant rejetés de force par le gouvernement suédois voient leur ordre d’expulsion suspendu par la CEDH, mais malgré cela, ils peuvent très bien être expulsés avant que ces ordres ne soient pris ou communiqués. Beaucoup de demandeurs d’asile irakiens et de demandeurs d’asile.

[Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)]